Rechercher
  • Margaux Rolland

La Distillerie du Sonneur - Le Mans (72)

Dernière mise à jour : 29 juil. 2021

La Distillerie du Sonneur a vu le jour en juin 2019 au Mans. Cet établissement, anciennement PMU ou encore salle de bal connue pour ses marathons de danse, s’est réinventé et abrite

aujourd’hui un alambic qui permet de distiller eaux-de-vie, liqueurs et apéritifs.


Pour Emmanuel Viton, gérant et créateur de la distillerie, c’est un rêve de gosse qui se réalise.



D’origine parisienne, Emmanuel rêve depuis tout jeune d’acquérir une distillerie et de produire son propre alcool. Il effectue sa scolarité au sein d’une école Steiner, pédagogie crée par un philosophe autrichien. Il y découvre l’agriculture biologique, les secteurs de l’industrie et du social. Naturellement, il s’oriente vers un brevet de technicien agricole en espaces verts. De nature emphatique, il met ses capacités aux services de personnes handicapées en insertion et accepte un poste dans le milieu social.


Emmanuel ouvre ensuite son restaurant « L’épicerie du pré » au Mans. Il n’utilise alors que des produits bio et locaux. Son établissement accueille des artistes, chanteurs, peintres, musiciens et se compose aussi d'espaces dédiés à la culture comme une bibliothèque et une salle de réunion associative. Il atteint son objectif de concept « ferme auberge » et s’épanouit dans cette activité.


Emmanuel s’intéresse aux producteurs et permet à son équipe et quelques clients de s’investir dans la création des produits utilisés dans le restaurant. En groupe, ils se rendent directement sur des lieux de production pour y découvrir le pressage des pommes pour extraire le jus, la traite des vaches pour fabriquer des tommes ou encore les vendanges pour produire le Jasnières. Il entretient un lien de coopération avec ses clients et mets alors en place un syndicat de bouilleur de cru.

L’acquisition d’un alambic associatif permet à Emmanuel et ses clients, de distiller leurs propres fruits pour les transformer en eau-de-vie.


Les premières eaux-de-vie d’Emmanuelle se feront donc dans son restaurant. L’histoire prend fin pour Emmanuel à la suite d’un incendie dévastateur. Plusieurs mois après cet évènement, le rêve d’acquérir une distillerie refait surface. Il se forme en voyageant de départements en départements notamment dans le Tarn, l’Alsace et dans la ville de Cognac. Quelques années après ces formations, Emmanuel décide de vendre le restaurant et de faire de la distillerie son activité principale.



À la recherche d’un terrain fruitier, Emmanuel acquiert 5 hectares de vergers sur une ancienne exploitation maraîchère à Ségrie. Il y cultive de nombreuses variétés d’arbres fruitiers et de plantes. En parallèle, la transformation et la commercialisation se font au Mans à la distillerie située rue du Vert Galant. Ces locaux ont accueilli différentes activités et nécessitaient la venue d’un architecte pour créer deux espaces distincts. Dans une première partie, dédiée à la fabrication, se trouve un alambic Allemand de couleur cuivrée, aux détails majestueux. La seconde partie est réservée à la vente, à la consommation et à la réception événementielle.


Emmanuel souhaite faire évoluer les mentalités concernant l’eau-de-vie. Cela passe par la

structure et la conception selon lui. Il impose alors un style intemporel et impersonnel aux détails contemporains et modernes.


L’eau-de-vie est majoritairement présente à la distillerie, mais l’activité ne se limite pas à une

gamme. Sur les étagères de la boutique se croisent également les liqueurs et les boissons

apéritives. On compte une trentaine de références. Vodka à l’herbe de bison, eau-de-vie de

menthe suisse ou encore au marc de Jasnières, liqueur de pêche et de sauge.

La particularité de la Distillerie du Sonneur se distingue une fois de plus par les ingrédients.

Locaux, traditionnels, plus ou moins communs ou associés entre eux, l’imagination d’Emmanuel n’a pas de limite. Le produit final doit être fin, à la composition parfois rare et atypique. La preuve par l’eau-de-vie de Rillettes. Comment aurait-il pu passer à côté ? Pour ce créateur, c’était évident.


"Il est possible de distiller de l’eau-de-vie de foin, alors pourquoi ne pas essayer avec des rillettes ? "

C’est à l’occasion du Printemps des Rillettes, en partenariat avec un charcutier

Manceau, que cette recette a été élaborée. Cette nouvelle approche de l’eau-de-vie a permis à Emmanuel et son équipe, d’envisager de nouvelles expériences.



La distillerie n'a pour le moment qu’une faible capacité de production, à cause du temps de

croissance des arbres fruitiers. En revanche, ce petit rendement permet d’être flexible, de créer des associations ou encore des produits uniques, mais aussi d’élaborer de nouvelles recettes et mettre en place de nouveaux projets.


Dans sa lancée, Emmanuel a créé un nouveau projet. Le Whisky collaboratif 100% sarthois. Sur lettre de motivation, l’équipe est composée de 12 amateurs de whisky. Un seul objectif, obtenir un whisky unique et créer des souvenirs. Ce whisky est aujourd’hui en place mais en phase de vieillissement. Au total, trois ans et un jour de patience pour ces ambassadeurs avant d’obtenir leur propre breuvage.



L’activité de la distillerie représente environ 2000 bouteilles à l’année. Ce chiffre reste approximatif en raison des périodes de pandémie qui ont mis au point mort l’activité. Cependant, la vente directe est toujours d’actualité. Il est possible de retrouver l’intégralité des créations de la Distillerie du Sonneur au 7 rue du Vert Galant au Mans, mais aussi chez certains restaurateurs, cavistes, épiceries fines, cafés et bientôt dans les « biocoop ».


Suivez attentivement l’activité de la Distillerie du Sonneur via les réseaux sociaux, il se pourrait bien que la créativité d’Emmanuel soit sans fin.


Crédits photos : Jonas Missaye 2019 / DDS 2020

71 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout